Impact du coronavirus sur le travail des familles et la garde des enfants : les femmes plus touchées que les hommes

Une étude commandée par le Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes livre de premières indications sur l’évolution de la charge de travail de la population suisse durant la pandémie de COVID-19. Les résultats montrent que les tâches supplémentaires liées à l’enseignement scolaire à domicile et à la réduction des possibilités d’accueil extrafamilial ont influé sur la capacité de travail des personnes interrogées. Cette influence s’est révélée plus importante pour les femmes exerçant une activité professionnelle que pour les hommes dans le même cas.

La crise a aussi eu des conséquences sur l'ambiance dans les ménages. Environ une personne sondée sur cinq a indiqué avoir connu davantage de tensions et de conflits à la maison qu'avant la pandémie. Sur la durée, la part d'hommes dans cette situation augmente quelque peu, alors que celle des femmes diminue légèrement (communiqué de presse).

Häusliche Gewalt während Corona: Situation in den meisten Kantonen stabil

In der Mehrzahl der Kantone sind die gemeldeten Fälle häuslicher Gewalt während der Corona-Pandemie im Vergleich zum Vorjahr stabil geblieben. Dies ergab die jüngste Lagebeurteilung durch die Task Force gegen häusliche Gewalt. In einzelnen Kantonen stellen die Opferhilfestellen seit Mitte Mai eine Zunahme der Beratungen wegen häuslicher Gewalt fest. Die Information der Bevölkerung über Hilfsangebote bleibt weiterhin ein wichtiger Schwerpunkt von Bund und Kantonen (Medienmitteilung; Opferhilfe).

Violence domestique durant le coronavirus : situation stable dans la plupart des cantons

Les cas de violence domestique signalés pendant la pandémie de coronavirus sont restés stables par rapport à l’année dernière dans la plupart des cantons. Ce constat résulte du dernier point de situation réalisé par la task force contre la violence domestique. Dans certains cantons toutefois, les services d’aide aux victimes ont constaté depuis mi-mai une augmentation du nombre de consultations pour cause de violence domestique. L’information de la population sur les aides proposées demeure une priorité pour la Confédération et les cantons (communiqué de presse; aide aux victimes).

Quand les parents sont-ils tenus de verser une pension alimentaire à un enfant majeur ?

L'obligation d’entretien des parents envers un enfant majeur dure jusqu’à la fin de sa première formation professionnelle, même si celle-ci a été commencée après que l’enfant a déjà exercé une activité lucrative. La formation doit correspondre à un projet de vie - du moins dans les grandes lignes - qui a été défini avant que l'enfant n'atteigne sa majorité. En outre, la pension alimentaire doit apparaître comme raisonnable au vu de la relation personnelle entre les parties et de la capacité économique du débiteur. Cela signifie qu'une obligation d’entretien envers l'enfant majeur ne peut être envisagée que si l'un des parents dispose d'un revenu dépassant d’au moins 20 % son minimum vital élargi. Il est toutefois possible de déroger à ce principe dans certains cas particuliers. Le dépassement de cette limite pourrait se justifier dans quelques situations exceptionnelles, comme par exemple si quelques mois d’étude seulement doivent être financés ou si le débiteur a des perspectives d’amélioration sensible de ses revenus dans un avenir prévisible. D'autre part, la limite pourrait être fixée à un niveau plus élevé si le débiteur prouve qu'il est dépendant de provisions pour l'avenir (ATF 118 II 97).

Wann schulden die Eltern einem mündigen Kind Unterhalt?

Die Unterhaltspflicht der Eltern gegenüber dem mündigen Kind umfasst seine erste eigentliche Berufsausbildung, selbst wenn sie erst begonnen wird, nachdem der Jugendliche bereits erwerbstätig gewesen ist. Die Ausbildung muss einem - zumindest in seinen Grundzügen - bereits vor der Mündigkeit angelegten Lebensplan entsprechen. Zudem müssen die Unterhaltsleistungen aufgrund der persönlichen Beziehung zwischen den Parteien und der wirtschaftlichen Leistungskraft des Pflichtigen als zumutbar erscheinen. Das bedeutet, dass eine Unterhaltsverpflichtung gegenüber dem mündigen Kind nur dann in Frage kommt, wenn ein Elternteil über ein Einkommen verfügt, dass wenigstens seinen um 20% erhöhten Notbedarf deckt. Im Einzelfall kann von diesem Grundsatz abgewichen werden. Ein Unterschreiten dieser Limite könnte sich im Einzelfall rechtfertigen, wenn es beispielsweise darum geht, nur noch wenige Monate einer Ausbildung zu finanzieren, oder wenn der Unterhaltspflichtige Aussicht darauf hat, in absehbarer Zeit sein Einkommen wesentlich zu verbessern. Andererseits könnte die Limite höher anzusetzen sein, wenn der Unterhaltspflichtige nachweist, dass er auf Rückstellungen für die Zukunft angewiesen ist (BGE 118 II 97).

 

< 1 2 3 4 5 6 ... 44 >